Tête de Cane Corso

La cynotechnie de la tête consiste à étudier : – Les proportions – La forme- Les profils- Le port- Les implantations ou attaches- L’expression.

Voici ce qu’en dit le standard:

TETE: Large et caractéristique des sujets molossoïdes. Les axes longitudinaux supérieurs du crâne et du chanfrein sont légèrementconvergents; sans avoir de rides apparentes.

REGION CRANIENNE:
Crâne: Large au niveau des arcades zygomatiques, où sa largeur est égale à sa longueur. Bombé vers l’avant, le crâne s’aplatit à partir du front jusqu’à l’occiput. On distingue un sillon frontal médian allant du stop jusqu’au milieu du crâne approximativement.
Stop: Bien marqué, avec des une région frontale saillante.

REGION FACIALE:
Truffe: Noire. Chez les sujets dotés d’un masque gris, une truffe de même couleur est admise. Volumineuse, avec de grandes narines bien ouvertes, la truffe se situe sur le même plan que le chanfrein.
Museau: Puissant, carré, sensiblement plus court que le crâne (le museau mesure environ la moitié de la longueur du crâne). La partie antérieure dumuseau est plate; ses côtés sont parallèles entre eux ; le museau est aussilarge que long. Vu de profil, le chanfrein est profond et rectiligne.
Lèvres: Vues de face, les lèvres supérieures forment un ”U” inversé au niveau de leur jonction ; vues de profil, elles sont modérément pendantes et recouvrent la mandibule de façon à définir le profil inférieur du chanfrein.
Mâchoires/dents: Les mâchoires sont très larges et épaisses, avec des branches mandibulaires courbes. Le prognathisme inférieur, léger, ne doit pas excéder 5 mm. L’articulé régulier est admis, quoique non recherché. Joues: La région massétérique est nettement apparente, sans pour autant être saillante.
Yeux: de taille moyenne, les yeux affleurent légèrement, sans que cela ne soit jamais excessif. Presque ovales, ils sont bien écartés et insérés dans un plan presque sous-frontal. Les paupières épousent bien le globe oculaire. L’iris est aussi foncé que possible en accord avec la couleur de la robe. Le regard est intelligent et attentif.
Oreilles: Triangulaires, tombantes et de taille moyenne, les oreilles sont larges au niveau de leur point d’attache, lui-même situé bien au-dessus des arcades zygomatiques. Elles sont non coupées.

Standard FCI 343 du 19/02/2016

Pour aller plus loin

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture-d’écran-2019-01-07-à-18.43.03.png.
  • 1 – Auriculaire
  • 2 – Nuque et cou
  • 3 – Occipitale
  • 4 – Pariétale et interpariétale
  • 5 – Frontale
  • 6 – Bosse frontale
  • 7 – Dépression fronto-nasale (stop)
  • 8 – Sourcilière
  • 9 – Orbitaire
  • 10 – Suborbitaire
  • 11 – Temporale
  • 12 – Zygomatique
  • 13 – Massétérine
  • A – Profil supérieur du cou
  • B – Face latérale du cou
  • C – Gorge
  • D – Profil dorso-nasal (chanfrein)
  • E – Truffe
  • F – Labiale supérieure
  • G – Face latérale du museau
  • H – commissure labiale
  • I – Mentonnière
  • J – Profil inférieur du cou
  • L – Labiale inférieure
  • K – Mandibulaire
  • M – Parotide
  • N – Sillon frontal

Description technique :

Brachycéphale, la longueur totale de la tête(AB) doit se rapprocher des 3,6/10 de la hauteur au garrot (CD). La longueur du chanfrein (AP) correspond à 3,4/10 de la longueur totale de la tête (AB). La largeur bi-zygomatique doit être égale à la longueur du crâne et supérieure, à la moitié de la longueur totale de la tête s’approchant de 6,6/10 de cette dernière. L’indice céphalique varie de 64 à 66. Les axes longitudinaux supérieurs du crâne et du chanfrein sont entre eux légèrement convergents et le prolongement vers l’arrière de la tête de la ligne supérieure du chanfrein est positionnée bien en dessous de la protubérance occipitale externe.

Certains trouvent les axes cranio-faciaux parallèles beaucoup plus esthétiques, donnant à l’ensemble une expression beaucoup plus dures et plus de volume inter-pariétale quand les rapport sont respectés. Le périmètre de la tête, mesuré aux zygomatiques fait plus du double de la longueur totale de la tête. La tête est modérément sculptée avec des arcades zygomatiques saillantesvers l’extérieur. La peau est consistante, mais plutôt adhérente aux tissus subjacents, lisse et assez tendue.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture-d’écran-2019-01-07-à-18.43.56.png.

Pour une évaluation morpho-fonctionnelle correcte, l’étude de la tête est d’une très grande importance, car elle exprime la race et le dimorphisme sexuel. Elle forme avec le cou un balancier capital dans le mouvement.

Les proportions de la tête dépendent nécessairement de la forme, elles sont évaluées par rapport au volume de la masse corporelle avec ces quelques définitions : grosse, osseuses, sèche, massive, petite, décharnée, sculptée, fine.Dans la cynotechnie Italienne les profilsles plus couramment utilisés sont ceux cranio-faciaux, ils peuvent être : parallèles, monoconvergents, biconvergents et divengents (voir croquis ci-joints pour une meilleure compréhension en 3 dimensions)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est images.jpeg.

Les axes longitudinaux supérieurs cranio-faciaux forment deux angles :- L’angle cranio-facial- L’angle axio-facio-latéral. L’angle cranio-facial se mesure en utilisant deux axes rigides articulés (de type fausse équerre), posés sur le chanfrein et la dépression naso-frontale. L’angle axio-facio-latéral quant à lui est déterminé par l’angle donné par l’axe médian sagittal (qui correspond plus ou moins au sillon frontal) avec le point le plus extérieur de l’arcade zygomatique et la face externe de la lèvre supérieure au niveau de la canine. C’est lui qui détermine la quadrature du museau. La valeur de cet angle augmente par exemple lorsque l’on compare des têtes de types dolichocéphales (lévrier) et des têtes de type brachycéphales(cane corso).

Le port de tête peut donner au chien un certain style et une certaine élégancefierté, comme il peut aussi donner une impression générale de tristesseL’implantation, on dit de “tête bien implantée” lorsque qu’on ne perçoit pas le point d’union avec le cou, quand l’ensemble est harmonieux, sans aucune cassureet déviation.Paragraphe

L’expression en générale, du moins chez le cane corso est donnée par la distribution, la position, et l’intensité de couleurs de l’oeil. L’expression de race est bien différente de celle de l’individus. Elle est extrêmement difficile à définir à comprendre et évaluer. C’est elle qui exprime au mieux le sens premier de l’individu, bien au de-là du sens conceptuel C’est une évaluation instinctive voire “animal” qu’un humain peut avoir avec telle ou telle espèce, le chihuahua évoque pour la plupart des inconnus, la fragilité, et la sympathie. Tandis que le cane corsodoit évoquer la peur , la crainte et la stupéfaction.

Librement inspiré du blog de Monsieur Guiseppe Giorgio

pour retrouver le standard complet, C’est ICI

Reproductions, copies autorisées uniquement avec autorisation préalable des administrateurs et avec liens vers la(es) page(s) source(s)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.